Secrétariat
Urgences
04 78 17 31 71
04 72 82 67 99

Hémorroidopexie selon Longo

Principe de l'intervention

Cette intervention consiste à remonter les hémorroïdes internes dans le canal anal et à les maintenir dans le canal anal en supprimant (par un agrafage circulaire) la muqueuse sus-jacente. Ainsi un bandeau de muqueuse est retiré avec une partie du tissu hémorroïdaire.

Elle est moins efficace sur les hémorroïdes externes.

Elle est réalisée depuis plus de 10 ans sur de très nombreux patients avec d’excellents résultats sur le prolapsus interne.

Les avantages (par rapport à la technique classique)

  • Diminution nette et démontrée de la douleur post-opératoire
  • Absence de plaie cutanée
  • Diminution de la durée du séjour hospitalier
  • Diminution des soins post-opératoires

Les suites post-opératoires

Durée d’hospitalisation : d’une journée (chirurgie ambulatoire) à 3 jours, elle est adaptée à chaque cas

Soins post-opératoires : pas de soins locaux (car pas de plaie cutanée), traitement laxatif majoré, traitement antidouleur adapté

Arrêt de travail : en moyenne 1 à 2 semaines

Les complications

1. Complications précoces : avant le 30ème jour post-opératoire

  • douleur inhabituellement forte (nécessitant des morphiniques)
  • rétention d’urine (le « globe » : impossibilité de vider la vessie), pouvant nécessiter la pose d’une sonde
  • une hémorragie très précoce, abondante, obligeant une ré intervention ; très rarement, un saignement plus tardif (entre le 8ème et 15ème jour) pouvant nécessiter une ré hospitalisation
  • une constipation sévère
  • une infection locale exceptionnelle

2. Complications tardives

  • un rétrécissement anal (sténose anal) exceptionnel
  • une incontinence anale transitoire (elle disparait en quelques semaines), c’est une incontinence aux gaz ou aux selles liquides ou c’est un simple suintement
  • une sensation persistante de poussée ou de faux besoin, qui régresse en quelques semaines
  • une fissure anale (≤ 3%)

Les résultats

  • Guérison totale, immédiate et définitive : 75%
  • Guérison quasi-totale ou retardée : 15% (les patients sont globalement satisfait mais il peut persister des marisques : excroissance de peau sur la marge anale justifiant une intervention à minima)
  • Récidive : 10% (toujours accessible à une ré intervention soit un nouveau Longo soit une autre technique)

Source du document :Docteurs Pierre Caillon, Eric Olagne et Anne-Laure Proust