Secrétariat
Urgences
04 78 17 31 71
04 72 82 67 99

La chirurgie coelioscopique

Votre médecin vous a proposé une intervention chirurgicale qui sera menée par cœlioscopie.

Ce document a pour but de renforcer les informations qui vous ont été apportées oralement par le médecin afin de vous expliquer les principes, les avantages et les inconvénients potentiels de l'opération qu'il vous a conseillé.

Comment se passe l'intervention ?

Pour permettre une bonne visualisation, votre abdomen est gonflé à l'aide d'un gaz carbonique et l'image perçue par la fibre optique est retransmise sur un écran de télévision que va visualiser le chirurgien.

Ce gaz carbonique n'est absolument pas gênant puisqu'il est absorbé par votre corps sans aucun effet secondaire.

A la fin de l'intervention, l'excédent de gaz est évacué par les petites incisions déjà réalisées.

Voici comment se déroule l'intervention de manière générale :

Vous serez hospitalisé(e) la veille ou le matin même de l'intervention.

Après une prémédication (tranquillisant), vous serez conduit(e) au bloc opératoire.

La durée d'hospitalisation sera variable selon le type d'intervention réalisée.

Des douches sont possibles dès le lendemain de l'intervention mais il est recommandé d'attendre une semaine avant de prendre un bain.

Quel est l'avantage de cette technique ?

Pour vous :

Les douleurs post-opératoires sont nettement diminuées. Vous n'avez pas de grande cicatrice sur l'abdomen. Vous évitez donc le risque d'éventration post-opératoire. Vous vous remettez plus vite de votre intervention et reprenez votre vie active et professionnelle rapidement.

Pour votre chirurgien :

L'intervention est faite avec plus de précision. Le chirurgien voit mieux ce qu'il fait. Les pertes sanguines sont moins importantes.

Après votre retour à domicile, si des douleurs, des saignements, de la fièvre, des vomissements ou toutes autres anomalies apparaissent, il est indispensable de consulter ou d'en informer votre chirurgien.

Qu'est-ce qu'une cœlioscopie ?

Cette intervention consiste à examiner sous anesthésie générale l'intérieur de l'abdomen à l'aide d'un appareil d'optique de quelques millimètres de diamètre, introduit par une petite incision au niveau du nombril (en général).

Par d'autres petites incisions, des instruments fins sont introduits à l'intérieur de l'abdomen pour réaliser des gestes opératoires.

En définitive, la cœlioscopie permet d'éviter les grandes incisions abdominales.

Existe-t-il des inconvénients ou des risques ?

La cœlioscopie est une intervention chirurgicale à part entière.

Elle nécessite une anesthésie générale et au minimum une hospitalisation de 24h parfois plus selon le type d'intervention qui est réalisée.

Hormis les effets secondaires possibles de l'anesthésie (nausées, vomissements, somnolence...) certains désagréments peuvent survenir dans la période post-opératoire : une douleur de l'abdomen pouvant s'étendre jusqu'aux épaules, due à la présence de gaz dans le ventre.

Au cours ou dans les suites de cette intervention, peuvent survenir parfois, au niveau de la cicatrice, un hématome ou une infection (abcès). Le risque de phlébite ou d'embolie pulmonaire est exceptionnel.

Très exceptionnellement, des plaies graves des organes internes de l'abdomen (intestins, vaisseaux sanguins, voies urinaires) peuvent se produire et nécessiter la réalisation dans le même temps opératoire d'une ouverture de l'abdomen et dans certains cas, d'une transfusion sanguine.

Comme toute chirurgie, cette intervention peut comporter très exceptionnellement un risque vital ou de séquelle grave.

Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l'intervention. Il est impératif d'informer les médecins de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l'ensemble des traitements et médicaments que vous prenez.