Secrétariat
Urgences
04 78 17 31 71
04 72 82 67 99

La ligature artérielle sous doppler

Principe de l'intervention

Le chirurgien repère à l’intérieur du canal anal les artères qui « alimentent » les veines hémorroïdales grâce à une sonde doppler.

Il applique alors une ligature sur chaque branche artérielle nourricière ce qui va provoquer après quelques semaines un affaissement des veines hémorroïdales sous-jacentes.

Cette intervention réalisée depuis maintenant plusieurs années est indiquée pour les prolapsus stade II et III (hémorroïdes qui sortent lors de la selle mais qui peuvent rentrer soit spontanément soit manuellement) et plus particulièrement quand ces hémorroïdes saignent.

Les avantages

  • douleur post opératoire très peu intense
  • hospitalisation ambulatoire quasi-systématique (pas de nuit passée à la clinique)
  • reprise des activités très rapide
  • très bon effet sur les saignements

Les suites post-opératoires

Durée d’hospitalisation : classiquement une journée (chirurgie ambulatoire) mais peut être adaptée selon les patients

Les soins post-opératoires : aucun soin local, traitement antidouleur adapté (théoriquement moins intense et moins prolongé que pour les autres techniques)

Les complications

Complications précoces : (avant le 30ème jour)

  • saignement (faible abondance en général)
  • rétention d’urine passagère (nécessitant exceptionnellement le recours à une sonde)
  • infection (exceptionnelle)
  • crise de thrombose hémorroïdaire externe

Complications tardives : aucune de décrite à ce jour

Les résultats

82 % de bons résultats à 1 an (en particulier sur les saignements)

Mais attention, comme il ne s’agit pas d’une ablation des hémorroïdes, mais d’une ligature de l’afflux sanguin, cette efficacité est retardée d’environ 1 mois et demi à 2 mois.

Si ce résultat est insuffisant, cette technique n’empêche en aucun cas le recours à une technique plus radicale ultérieurement.

Source du document :Docteurs Pierre Caillon, Eric Olagne et Anne-Laure Proust